FEMMES ET DÉFENSE COLLECTIVE DES DROITS


La Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent participe à plusieurs actions collectives de mobilisation et de revendications pour le respect et la défense des droits des femmes.

Nous nous associons au Collectif pour un Québec sans pauvreté , au Front commun des personnes assistées sociales du Québec  et à l'organisme Au Bas de l'échelle  pour soutenir des revendications liés aux droits des personnes pauvres, entre autres l’accès aux médicaments, aux logements, à des services juridiques, à une rémunération et un travail décent. Nous nous associons à tous les groupes qui luttent pour une juste répartition de la richesse, afin d'assurer à tout le monde assez de revenus pour couvrir leurs besoins essentiels et sortir de la pauvreté.

Toutes nos actions en collaboration avec la Marche mondiale des femmes visent à réduire la pauvreté et la violence envers les femmes.

Nous appuyons régulièrement Amnistie internationale pour éviter la lapidation des femmes dans certains pays. Nous appuyons également le Centre d’encadrement pour les jeunes filles immigrantes et l’Association  des aides familiales du Québec dans leurs actions pour la défense des droits des femmes immigrantes au Québec.

Nous collaborons avec le Mouvement Action communautaire du BSL et les deux Corporations de développement communautaire (CDC) du Bas Saint-Laurent pour l’augmentation des ressources financières et la reconnaissance de l'autonomie des organismes communautaires qui oeuvrent en santé et services sociaux dans notre région.

Nous appuyons toute revendication qui vise l'atteinte de l'égalité des droits pour les femmes, que ce soit au niveau de la représentation politique, de l'accès au travail, de l'accès aux soins de santé ou aux services, ou encore qui vise à diminuer la violence et les agressions sexuelles, les publicités sexistes ou toute forme de discrimination envers les femmes de tous âges.


Casseroles pour le Réseau des Tables de groupes de femmes

 

Le Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec (RTRGFQ), en appui à la Coalition opposé à la tarification et à la privatisation des services publics, a organisé une action à Québec le 13 juin à 17h au coin des rue Wilfrid-Hamel et Pierre-Bertrand.
Les représentantes des tables régionales réunies en assemblée générale annuelle à Québec ont tenu à marquer leur opposition à la Loi 78 et à se joindre à plusieurs actions simultanées qui ont eu lieu dans différentes régions du Québec.

 

 

Les représentantes des tables régionales réunies en assemblée générale annuelle à Québec ont tenu à marquer leur opposition à la Loi 78 et à se joindre à plusieurs actions simultanées qui ont eu lieu dans différentes régions du Québec pour revendiquer:
  • L’abolition des hausses de taxes et de tarifs (taxe santé, droits de scolarité et tarifs d’électricité)
  • La mise en place d’alternatives progressistes (par exemple, un palier d’impôt pour aller chercher 1 milliard $ dans les poches des plus riches)

Depuis qu’il est au pouvoir, le gouvernement Charest dirige le Québec comme une entreprise au service des plus riches. Il s’attaque aux acquis sociaux, il diminue les impôts des plus fortunéEs et lorsque tout va mal, par leur faute, il force la classe moyenne et les plus pauvres, dont beaucoup de femmes, à payer les pots cassés.
Nous ne sommes pas dupes: les mesures promues par l’élite économique, financière et politique ne font que contribuer à l’accroissement des écarts entre les riches et les autres. Après plusieurs années de luttes féministes, étudiantes, sociales et environnementales contre des décisions gouvernementales injustes, et après plusieurs mobilisations sans précédent, ce gouvernement continue de nous ignorer. Il a même le culot de nous imposer une loi spéciale pour bâillonner et casser la grogne populaire qui se manifeste dans la rue tous les jours. C’est inacceptable.

Le Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec est un organisme de défense collective des droits des femmes. Il rassemble dix-sept Tables régionales de groupes de femmes qui regroupent, à travers tout le Québec, 431 groupes de femmes et plus de 275 membres individuelles.

Blanche Paradis        info@reseautablesfemmes.qc.ca



Grève sociale: 15 mai 2012

75 personnes issues majoritairement des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent ont fait la grève sociale et se sont présentées au bureau du député libéral Jean D'Amour à Rivière-du-Loup le 15 mai dernier.



Vêtues de rouge et arborant un bâillon pour signifier le manque d'écoute du gouvernement libéral à leur endroit sur différentes questions, dont l'injuste taxe santé, la hausse des tarifs d'électricité et la hausse des droits de scolarité, les militantes ont écrit des messages au député et lui ont laissé un cadeau, sous forme d'énormes pilules pour guérir ce système néolibéral malade.

Tous droits réservés © Table de concertation des groupes de femmes du Bas St-Laurent 2007