Le Féminisme dans tous ses états

États généraux de l'action et l'analyse féministes


Dans le cadre du lancement des États généraux « Le féminisme dans tous ses états », plus de 300 femmes en provenance des quatre coins du Québec se sont réunies, les 27 et 28 mai 2011 pour faire le point et entamer une démarche de réflexion sur le féminisme de demain et ses enjeux. L'exercice s'échelonnera sur une période de deux ans. Toutes ont réaffirmé l'importance de poursuivre la lutte féministe la qualifiant d'on ne peut plus actuelle.

Au cours des ateliers et en séance plénière, les participantes ont déploré l'idée trop répandue que l'égalité homme/femme est atteinte. Dans les faits, des inégalités persistent et des libertés restent à conquérir. Elles ont insisté sur la nécessité de faire de cette égalité une réalité pour toutes. Dans un passé relativement récent, le mouvement des femmes luttait pour la reconnaissance de l'égalité des droits au plan légal. Aujourd'hui, les féministes se battent pour faire reconnaître le droit des femmes d'être maître de leur vie. Malgré les gains obtenus, les participantes ont dénoncé plusieurs contraintes qui perdurent : l'image corporelle stéréotypée, la ségrégation sexuelle de l'emploi, le plafond de verre, le racisme et la xénophobie combinés au sexisme qui enferment des femmes dans des rôles peu reluisants, les salaires trop bas, la violence chez les adolescents et dans les jeunes couples, la pauvreté chez les aînées, la surmédicalisation, etc.

L'un des gains les plus importants identifié par la majorité des participantes est qu'il soit maintenant possible d'exister en soi, en dehors du rôle de mère. Par ailleurs, divers défis ont été identifiés concernant la place de la femme dans la sphère familiale qu'il s'agisse, entre autres, du partage des tâches, de l'équilibre à atteindre entre travail, études et vie familiale, de la reconnaissance sociale de la diversité des formes de familles.

De plus, les participantes ont fait état de leurs craintes face à la montée des fondamentalismes religieux dans la vie publique et au sein du gouvernement canadien. Il n'est pas question pour elles de reculer sur leur droit de choisir quand elles souhaitent être mère, sur leur droit à la contraception et à l'avortement.

Au moment du lancement des travaux des États généraux, vingt-quatre femmes ont été élues pour siéger au comité d'orientation qui guidera la démarche de réflexion qui se déroulera jusqu'à l'automne 2013, pour se terminer alors avec un Forum des femmes. Tout au long de ce processus de concertation, des assemblées publiques seront organisées, de même que des tournées régionales. Les Québécoises seront invitées à participer à la réflexion, notamment en commentant des textes et des vidéos qui seront publiés via les médias sociaux.

Pour en savoir plus, référez-vous aux bulletins d’info des États généraux de l’action et de l’analyse féministes.
bulletin:
bulletin 1
bulletin 2
bulletin 3

Visionnez les capsules des États généraux
Mythe de l'égalité déjà atteinte
Montée de la droite sociale et économique


Forum social bas-laurentien

Rimouski le 12 décembre 2011  Le premier forum social de la région du Bas-Saint-Laurent s’est tenu à Esprit-Saint du 29 septembre au 2 octobre 2011. Rappelons que cet événement a permis à près de 500 personnes d’échanger sur leurs préoccupations et leurs aspirations sur des thèmes tels que la justice sociale, l’occupation du territoire, l’environnement et la participation citoyenne. Le Manifeste du Forum social bas-laurentien, qui vient ponctuer cet événement, se veut le reflet des débats et des prises de positions des participantes et participants et une invitation à poursuivre les actions visant à faire de la région du Bas-Saint-Laurent un lieu où le réchauffement social se manifeste avec vigueur pour le mieux-être de toute la population. 

Manifeste

«Nous, citoyennes et citoyens du 1er forum social bas-laurentien, affirmons notre engagement à poursuivre le réchauffement social de toutes nos communautés.

C’est pourquoi, dans la foulée de tous les forums sociaux, nous maintenons notre opposition au néolibéralisme et à la domination du monde par le capital et par toute forme d’impérialisme.

Pour résister aux impacts destructeurs de ce système, nous nous engageons :

  • À multiplier les espaces de débats citoyens démocratiques et mobilisateurs
  • À maintenir et renforcer les liens créés et à venir
  • À s’allier aux luttes qui défendent la dignité, le bien commun et la justice sociale
  • Et à être solidaires de propositions alternatives concrètes et ancrées dans nos milieux.

Par ces engagements, qui deviendront pour nos communautés autant de gestes porteurs de sens, nous développerons sans relâche les voies du réchauffement social. Nous le ferons, inspiréEs par l’audace de nos utopies, la force de notre intelligence collective et la détermination de nos solidarités. »

Les organisations et la population sont invitées à adhérer au Manifeste du Forum social bas-laurentien en envoyant leurs noms et coordonnées à l’adresse : info@forumsocialbaslaurentien.org. À noter également que les actes du Forum seront disponibles au début de l’année 2012.

- 30 -
Source : Comité de coordination, Forum social bas-laurentien, info@forumsocialbaslaurentien.org« Osons l’utopie, continuons de rêver et de déranger! »
Concertations régionales
Les groupes membres participent à quatre rencontres de concertation régionale, et à une assemblée générale à chaque année. C'est le moment de se ressourcer, de décider des actions prioritaires à venir ou des positions à prendre au niveau de comités où nous avons des représentantes; de réfléchir et de discuter sur des réalités que vivent les femmes ou les groupes de femmes et qui nécessitent des actions politiques; de se former; de se doter d’une vision commune pour travailler ensemble à notre objectif de transformation sociale en tenant compte des besoins et des réalités des femmes.
Nous avons plusieurs partenaires régionaux avec qui nous sommes en lien de façon régulière ou ponctuelle:



Concertations nationales

La Table de concertation des groupes de femmes du Bas Saint-Laurent (TCGFBSL) entretient des relations étroites avec plusieurs groupes et regroupements nationaux, dont le Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec. La TCGFBSL participe aux rencontres du Réseau des Tables qui ont lieu alternativement à Montréal et à Québec;  aux  différents séminaires et journées de réflexion. Nous avons d’ailleurs fait une présentation de notre "Guide d'implantation d'un comité consultatif en condition féminine auprès d'une ville ou d'une MRC (PDF, 96K)" lors du Séminaire sur le développement local et régional du Réseau des Tables, qui avait lieu à Québec les 7 et 8 novembre 2006.

Nous sommes membres actives de la Fédération des Femmes du Québec. Nous y occupons un siège au Conseil d'administration depuis septembre 2006.

Nous sommes membres du Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF). Nous avons siégé à leur collective, à titre d’administratrice, en 2005-2006. Nous avons participé à la campagne nationale d’action Audacieuses, le défi d'être soi et à la préparation du colloque pour un changement social Le Marché de la beauté… un enjeu de santé publique, qui s'est tenu les 23 et 24 novembre 2006.

Le Colloque traitait des sujets suivants:
  • Hypersexualisation des jeunes filles: conséquences et pistes d'action
  • Industrie de l'amaigrissement: la nécessité d'une réglementation
  • Interventions esthétiques: des pratiques à mieux encadrer
  • L'image de la femme dans la publicité: c'est le temps de réagir!
 
Tous droits réservés © Table de concertation des groupes de femmes du Bas St-Laurent 2007