FEMMES ET SANTÉ

  • Comité aviseur sur les conditions de vie des femmes

  • Mandat et composition du comité
    Le comité aviseur sur les conditions de vie des femmes auprès de l'agence de santé et de services sociaux du Bas Saint-Laurent doit s'assurer que les actions régionales en matière de santé et de bien-être tiennent compte de la spécificité des femmes.
    Plus concrètement, le mandat du Comité aviseur sur les conditions de vie des femmes est de conseiller, de donner son avis à l'Agence de santé sur toute problématique influençant l'état de santé et de bien-être des femmes et de s'assurer ainsi de services accessibles et adaptés à la réalité des femmes du territoire.

    Le comité se compose de neuf membres:
    • Sept femmes désignées par la Table de concertation des groupes de femmes du Bas Saint-Laurent;
    • La répondante du Conseil du Statut de la Femme pour la région;
    • La répondante en condition féminine de l'Agence de santé et services sociaux.
    La présidence de ce comité est assumée par une représentante de la Table de concertation et le secrétariat est assuré par la répondante en condition féminine de l'Agence de santé.
  • Coalition nationale contre les publicités sexistes (CNCPS)

    La Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent est membre de la Coalition nationale contre les publicités sexistes qui vise essentiellement à se doter d'une force de mobilisation pour éliminer les publicités sexistes. Vous pouvez aussi devenir membre et contribuer à cet objectif. Il vous suffit de lire la Charte de la coalition. Si vous êtes en accord avec ses valeurs, vous pouvez y adhérer en utilisant le formulaire pour les individus ou le formulaire pour les associations.
  • Forum hypersexualisation, sexualisation précoce et agressions sexuelles 

    Les 16 et 17 mai 2007, près de 200 personnes de la région du Bas-Saint-Laurent se rencontraient lors d’un forum régional pour discuter des impacts et des pistes de solution pour contrer l’hypersexualisation, la sexualisation précoce et les agressions sexuelles. Provenant des différents secteurs de la société touchés par ces phénomènes, les participantEs à cet événement convenaient qu’il fallait maintenant AGIR, et ce, selon l’expertise, les disponibilités et les couleurs locales de chacune et chacun. Des centaines de pistes d’action ont été proposées lors de ce forum.

    Ainsi le CALACS de Rimouski vous invite à participer à la campagne "Contrer l'hypersexualisation... une action à la fois". Pour ce faire, vous êtes invitéEs à:

  • Lire le document pistes d'action proposées;
  • Choisir une ou deux actions pour l'année à venir;
  • Informez-nous de l'action que vous comptez entreprendre, petite ou grande.

    Dans le but de vous aider à intervenir dans le cadre de cette campagne, le CALACS de Rimouski s'est fixé le plan de travail suivant:

  • En octobre, envoi du premier mémo « Une action à la fois », mémo qui vous informera de toutes les actions menées dans le Bas-Saint-Laurent (Inscrivez-vous à la liste d’envoi du mémo calacsri@globetrotter.net);

  • En novembre, tenue d’une formation pour s’outiller à intervenir auprès des jeunes;
  • En décembre-janvier, envoi des actes du forum;

  • En mars, envoi du deuxième mémo;
  • Au printemps 2008, envoi et diffusion d’un outil d’intervention régional pour lutter contre l’hypersexualisation.

  • Mémo 3
  • Mémo 4
  • Mémo 5
  • La Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent et ses groupes membres participent à la campagne régionale d’actions du CALACS (Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel) : Lutter contre l'hypersexualisation : une action à la fois.  Dans le cadre de cette campagne, plusieurs activités se tiendront dans les prochains mois, au Bas-Saint-Laurent, pour nous inciter à agir individuellement et collectivement sur la sexualisation à outrance de l'espace public.

    L'ampleur du phénomène de l'hypersexualisation dans notre société en inquiète plusieurs, non pas pour une question morale, mais bien parce qu'elle agit comme un puissant obstacle à l'atteinte de l'égalité entre les femmes et les hommes. Il y a bien longtemps qu'on n'avait vu fleurir autant de stéréotypes sexistes. Dans les scénarios sexuels présentés jusqu'à saturation par les médias, les femmes sont perçues comme des séductrices, disponibles sexuellement en tout temps, offertes aux hommes comme objet de plaisir.  La publicité constitue la partie la plus évidente d'un ensemble cohérent de messages sexistes.  La mode vestimentaire hyper sexy représente aussi un élément important de cet ensemble. Les couvertures et le contenu des magazines, les télé-réalités, les films, les mangas, le clavardage sexuel, la cyberpornographie, les pratiques sexuelles calquées sur la porno, tout concourt à entretenir une image dévalorisante des femmes. L'association entre le sexe et la violence est aussi très fréquente. Dans les vidéoclips, les chansons, les bandes dessinées,  etc., l'agression sexuelle, le harcèlement et la violence y sont présentés comme des manifestations de la passion amoureuse.

    Plusieurs voient dans l'hypersexualisation un pouvoir des femmes, une avancée du féminisme, un "power girl". Ne nous leurrons pas ! Il s'agit plutôt d'une récupération commerciale d'un slogan féministe des années 70 : "Notre corps nous appartient", utilisé à l'époque pour revendiquer le contrôle de la maternité, l'accès à la contraception libre et gratuite et le droit à l'avortement. Le droit au plaisir sexuel faisait aussi partie de ces revendications, mais le pouvoir de séduction, la banalisation de la pornographie, la marchandisation de la sexualité n'ont jamais fait partie de nos espoirs. Comme l'exprimait si justement la journaliste Ariane Émond : "Depuis quand voulons-nous que les hommes soient à notre botte ? Dans nos rêves les plus féministes, nous les imaginons plutôt debout et nombreux à nos côtés pour changer le monde. " (Le Devoir, 8 mars 2006)

    Le sexe est payant. C'est aujourd'hui, selon Richard Poulin, professeur à l'Université d'Ottawa, l'industrie la plus lucrative, devançant le trafic des armes et de la drogue. Ce sont malheureusement les femmes qui en paient le prix. S'opposer à cette marchandisation, c'est refuser que sous le couvert du libre marché, de la liberté sexuelle ou de la liberté d'expression, on valorise la domination et le sexisme.

    Il est temps d’agir. Alors, si ces préoccupations vous rejoignent, si certaines pratiques commerciales vous heurtent, si la banalisation de la sexualité vous préoccupe… la Table de concertation des groupes de femmes vous invite à participer aux activités qui se dérouleront près de chez vous :

    • ·  Au Centre-femmes du Grand-Portage, à Rivière-du-Loup: Café-rencontre Sexualité et image corporelle, mercredi 6 février, à 19h.  Pour information et inscription : 867-2254
    • · Au Centre-femmes Catherine-Leblond, à Trois-Pistoles: Café-rencontre : Sexy inc., mardi 19 février de 13 h 30 à 16 h. - Pour information et inscription : 851-3178.
    • ·  Au Centre-femmes de la Mitis, à Mont-Joli : Ciné-causerie, Sexy.inc : Nos enfants sous influence, 26 février, 13h30. Déjeuner-causerie : Être ou paraître : telle est la question, 9 avril,  9h30. Formation de groupe Miroir-Miroir, processus de réconciliation avec notre corps, au printemps 2008. Date à confirmer.  Pour informations et inscription : 775-4090
    • ·   Au Centre-femmes La Passerelle du Kamouraska, à Saint-Pascal : Chroniques pause-café : Protégeons l'amour, le 28 février, à 9h et Les Maillots, le 24 avril, à 9h. Atelier : L'impact de l'image du corps sur notre sexualité, le 13 mai, à 13h30 et à 19h30. - Pour information et inscription : 492-1449  
    • ·   À la Maison des femmes de Rimouski : Café-rencontre sur l'image du corps et l'obsession de la minceur, vendredi, 29 février, à 9h30.  Pour information : 723-0333.
    • ·    Au Centre de femmes de la Vallée de la Matapédia, à Amqui :Trois ateliers sur la sexualité : Activités sexuelles ou relations sexuelles, jeudi, le 14 février, Hypersexualisation, mercredi, le 19 mars, Si on S'EXpliquait, mercredi le 16 avril. Pour information et inscription : 629-3496.
    • ·   Au Centre des femmes du Ô-Pays, à Lac-des-Aigles : Présentation du vidéo Sexy inc., au printemps 2008. Date à confirmer. Pour information et inscription : 779-2316
    • ·    Au Centre des femmes du Témiscouata, à Cabano :  Présentation du vidéo Sexy inc., au printemps 2008. Date à confirmer. Pour information et inscription : 854-2399

    Plus nous serons nombreuses et nombreux à exprimer nos préoccupations et à signifier socialement notre désaccord, plus nous aurons de chances de faire changer les choses.


Tous droits réservés © Table de concertation des groupes de femmes du Bas St-Laurent 2007