L'Opération Élections 2017 est en cours!

Cette année, le Québec s’engage dans le grand marathon des élections municipales ! Au fil des jours, nous apprendrons qui décide de poursuivre et qui choisit de céder la place. Dans cette course, il y a encore trop de personnes et même de conseils municipaux élus par acclamation, ce qui empêche la démocratie de s’exercer. La Table de concertation des groupes de femmes du BSL (TCGFBSL) par son projet « Opération élections 2017 ! » met tout en œuvre pour que plus de femmes se présentent comme candidates et par voie de conséquence plus de femmes soient élues. Pourquoi ? Parce que les femmes représentent la moitié de la population et se doivent d’être présentes pour prendre les décisions qui orienteront le développement de leur communauté. Des conseils municipaux plus diversifiés permettront de développer une vision globale des grands enjeux de société et de découvrir ensemble un plus grand éventail de solutions. La présence des femmes est essentielle dans ce gouvernement de proximité que sont nos villes et nos villages !

[+]

Atelier: Réflexion sur la démocratie et la citoyenneté

Invitation à un Atelier de réflexion sur la démocratie et la citoyenneté
Il fait que les femmes «s'en-mêlent»
par Blanche Paradis du Réseau des Tables régionales de groupes de femmes du Québec
Vendredi, 10 juin de 9h à 12h à l'hôtel-de-ville de Rimouski (205 ave. de la Cathédrale)
Pour informations: 418 730-1357

[+]

Formation: Comment devenir incontournable !

GROUPE FEMMES POLITIQUE DÉMOCRATIE

Formation: Comment devenir incontournable !


Pour assurer votre rayonnement, votre notoriété et votre influence, la mise en œuvre d’une série de mesures et de stratégies s’impose pour devenir incontournable : développement de partenariats, réseautage, relations de presse et relations gouvernementales sont autant de moyens pour assurer votre développement, atteindre vos objectifs et devenir incontournable. Et ça s’apprend !

[+]

Qu'arrivera-t-il de l'égalité dans nos régions?

Par Amélie Beaulieu

 En 2007, le gouvernement du Québec adoptait une politique pour l’égalité entre les hommes et les femmes : Pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait. De cette politique, six orientations importantes ont été mises de l’avant pour couvrir l’ensemble de la question de l’égalité. Depuis ce temps, deux plans d’action ont été adoptés et un troisième est en route.

 Dans le cadre de ses actions, le gouvernement s’est doté d’outils pour poursuivre la marche de l’égalité pour toutes les femmes. Les trois outils sont : le maintien des structures de l’État (ministre de la condition féminine, Secrétariat à la condition féminine et Conseil du statut de la femme), trois approches pour agir sur l’égalité (spécifique, sociétale et transversale)  et l’analyse différenciée selon les sexes (ADS). Ce dernier, l’ADS, est un outil qui permet de connaître, à toutes les étapes du processus de création de politiques, programmes et mesures du gouvernement, les effets distincts de ceux-ci sur les femmes et les hommes.

Pour l'article au complet cliquez sur le +

[+]

le gouvernement libéral tourne le dos aux femmes des régions

COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate


Encore une fois, le gouvernement libéral tourne le dos aux femmes des régions

La ministre Stéphanie Vallée doit intervenir

Saint-Jérôme, le 27 octobre 2015 - Après avoir aboli la plupart des lieux de concertation et de partenariat développés en collaboration avec les groupes de femmes, après avoir aboli les ententes en matière d’égalité pour les femmes, le gouvernement libéral s’apprête à mettre de l’avant un programme qui nie l’expertise des groupes de femmes et qui constitue une bien mauvaise utilisation des fonds publics.

La Ministre responsable de la Condition féminine, Stéphanie Vallée devrait annoncer sous peu le lancement d’un appel de projets d’un million de dollars pour l’ensemble du Québec qui fera atterrir en moyenne 60 000$ dans chaque région, pour des projets en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Aussi, elle ouvre la possibilité aux MRC, aux Chambres de commerce, à tous les groupes communautaires, soit à plus de 6 000 organismes, la possibilité de déposer des projets alors qu’ils ne disposent pour la plupart d’entre eux d’aucune expertise en matière d’égalité pour les femmes. « Il s’agit d’un exemple navrant de saupoudrage et de gaspillage de fonds publics. Au lieu de consolider les efforts des groupes déjà investis depuis plus de vingt-cinq ans pour favoriser l’égalité des femmes en région, la ministre disperse le peu de fonds dont elle dispose pour laisser croire que son gouvernement se préoccupe d’égalité pour les femmes alors qu’il a prouvé tout au long de la dernière année le contraire » d’affirmer Audrée Villeneuve, porte-parole du Réseau des Tables..

[+]

Les droits ça se défend collectivement

PARCE QUE LES DROITS, ÇA SE DÉFEND COLLECTIVEMENT, REFUSONS L’AUSTÉRITÉ!

 


QUÉBEC DOIT MIEUX SOUTENIR LES GROUPES EN DÉFENSE COLLECTIVE DES DROITS!

Les organismes de DÉFENSE COLLECTIVE DES DROITS mènent des luttes collectives pour faire reconnaître les droits démocratiques, économiques, sociaux et culturels, comme le droit à la JUSTICE, à l'ÉGALITÉ, à la SANTÉ, à l'ÉDUCATION, au LOGEMENT, à un REVENU suffisant, à l'ALIMENTATION, etc.
Ils font aussi progresser les lois dans différents domaines, comme l'ENVIRONNEMENT et la CONSOMMATION.
À l'heure des politiques d'austérité, le rôle des organismes de défense collective des droits est primordial, mais ils sont sous-financés et sont eux-mêmes menacés de coupures.

Nous vous invitons à signer la pétition: www.defensedesdroits.com

[+]

FEMMES ET AUSTÉRITÉ

L'austérité frappe durement les femmes

Perte d’emploi Que l’on travaille dans le domaine de la santé, de l’éducation ou dans un organisme communautaire, nous sommes majoritairement des femmes. Environ 80% des emplois qui s’y rapportent sont occupés par des femmes. L’austérité a frappé très fort dans ces secteurs.

La fermeture de la Conférence régionale des éluEs du Bas-Saint-Laurent (CRÉ-BSL) va donner lieu à plusieurs mises à pied dont les 2/3 sont des femmes et je ne parle pas des CLD, CJE et autres organisations qui se sont vu couper. Beaucoup de femmes ont perdu ou perdront d’ici peu leur emploi au Bas-Saint-Laurent.

Épuisement professionnel Celles qui restent verront leurs conditions de travail se détériorer : plus d’élèves par classe, plus de patients par médecin, moins de services spécialisés pour les élèves en difficulté, moins de services aux ainé.e.s, ce qui veut dire une charge de travail supplémentaire pour les personnes en poste.   Aussi, on voit le système de santé décharger son trop-plein vers le secteur communautaire ce qui amène une charge de travail supplémentaire pour des organismes qui sont sous-financés. Les groupes de femmes ont pu remarquer une hausse significative des références en provenance des CSSS. Les maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence débordent, les Centres de femmes ne suffisent plus à la tâche. Et c’est sans compter les inquiétudes des travailleuses qui ne savent pas si elles pourront conserver leur emploi, payer leurs frais de garde ou assumer une hausse des tarifs d’électricité.  Une augmentation du stress, de la fatigue et des risques d’épuisement professionnel guettent les travailleuses de ces secteurs.

Soins aux proches De plus, quand on réduit les services aux personnes, que ce soit en éducation ou en santé, on ajoute des responsabilités aux familles, qui doivent forcément compenser. Et dans les familles, qui s’occupe encore majoritairement des soins aux proches? LES FEMMES!  En résumé, les femmes font face à des pertes d’emploi, des conditions de travail qui se détériorent, des risques d’épuisement professionnel et à une augmentation des tâches reliées aux soins aux proches.

Fonds en égalité dans les régions Actuellement, des sommes d’argent parviennent au Bas-St-Laurent pour permettre la mise en place de projets et actions structurantes en matière d’égalité pour les femmes.  Ces sommes d’argent  transitent par les conférences régionales des élus. Suite à l’abolition des CRÉ,  nous avons entrepris de nombreuses démarches pour que ces budgets soient reconduits pour les deux prochaines années et nous sommes prêtes à en assurer la gestion. Au BSL, ces budgets d’environ 100 000$ par année ont servi à travailler sur, notamment,  la mise en place de politiques d’égalité dans les municipalités (+ de 20 au BSL),  la sensibilisation à la conciliation Travail-famille-études-implication sociale, la valorisation des métiers non-traditionnels pour les femmes. Ce fonds est très important pour l’atteinte de l’égalité en région.

 

Avec ses mesures d’austérité le gouvernement contrevient lui-même aux objectifs qu’il s’est donnée pour que l’égalité de droit devienne une égalité de fait! Il est encore temps pour le gouvernement de changer de cap et de tenir compte de l’impact de l’austérité sur les femmes.

 

Source : Brigitte Michaud   418 562-7996  brigitte.michaud@femmes-bsl.qc.ca

Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent

Pour consulter la liste des mesures d'austérité qui touchent les femmes, cliquez sur le +

[+]

Qui, au gouvernement, défend les femmes?

Qui, au gouvernement, défend les femmes?

 

Montréal, le 6 octobre 2014 – À quelques heures d’une rencontre avec le Secrétariat à la Condition féminine (SCF) sur la révision de programmes du gouvernement du Québec en l’absence de la ministre à la Condition féminine, les regroupements nationaux ont décidé de rendre public leurs soucis quant aux orientations du gouvernement. Les regroupements nationaux des groupes de femmes du Québec se demandent qui au sein du gouvernement défend les intérêts des femmes. Le saccage des services publics ne fera qu’empirer la situation des femmes. « Les coupures actuelles et la révision de programmes impliquent une nette régression sur les avancées des trente dernières années du féminisme » dénoncent les regroupements. « Le gouvernement ne semble ni documenter ni se soucier des impacts, présents et à venir, sur les femmes et sur leur droit à l’égalité. » s’étonnent-elles.

Pour lire le communiqué au complet, cliquez sur le +

[+]

Tous droits réservés © Table de concertation des groupes de femmes du Bas St-Laurent 2007